Elections 2018 CT

CT.png

Elections 2018 CAP A

CAP-A.png

Elections 2018 CAP B

CAP-B.png

Election 2018 CAP C

CAP-C.png

Pour nous joindre

C.F.D.T.
Communaux de Strasbourg

Immeuble de la Bourse bureau 101
Adresse postale
1, Parc de l'Etoile 67076 Strasbourg Cedex
Téléphone :
Interne :  poste 81225  
Externe : 03 88 34 30 91
Email :
syndicat.cfdt@strasbourg.eu

 

Nouvelles

Stop aux idées reçus sur la fonction publique - par C.F.D.T. CUS

vrai.jpg

STOP AUX IDÉES REÇUES SUR LA FONCTION PUBLIQUE

ALORS QUE LES ATTAQUES CONTRE LES FONCTIONNAIRES SE MULTIPLIENT, LA CFDT CHOISIT DE RAPPELER QUELQUES FAITS POUR DÉPASSER LES STÉRÉOTYPES.

 

telecharger.gif

     > Lire le tract STOP AUX IDÉES REÇUES SUR LA FONCTION PUBLIQUE


Communiqué de presse - par C.F.D.T. CUS

COMMUNIQUE DE PRESSE

Début du communiqué

Quelques jours après la tentative d’assassinat perpétrée le 08 octobre dernier dans un quartier de
Viry-Châtillon (91) à l’encontre de quatre policiers qui procédaient simplement à la sécurisation
d’une caméra de surveillance, la fédération Interco CFDT tient à assurer ces derniers de son
soutien plein et entier sans oublier leur famille, amis et collègues. Nos pensées vont en particulier
à cette policière, mère de famille, brûlée sur 15% du corps mais aussi et surtout à l’adjoint de
sécurité de 28 ans qui intervenait à ses côtés et qui lutte aujourd’hui pour rester en vie.
Ces actes criminels marquent une nouvelle gradation dans les violences faites à l’encontre des
forces de sécurité de notre pays. Cette tentative d’homicide, réalisée de façon concertée,
planifiée, relève d’individus hostiles à l’ordre républicain et dont le seul but est de contrôler un
territoire, d’y faire régner « leur loi » et l’omerta pour mieux y faire prospérer leurs trafics. Il ne
s’agit ni plus ni moins d’un crime contre la force publique.
Interco CFDT est solidaire des forces de sécurité publique et civile qui exercent quotidiennement
leurs missions en exposant leur vie. Elle l’est tout autant des habitants de cette citée de la Grande
Borne, victimes des agissements mafieux d'une poignée de délinquants. Le démantèlement de ces
réseaux criminels est bien entendu un préalable indispensable au rétablissement des règles de la
puissance publique (Etat et Collectivités locales). Mais à un qui disparaît succède rapidement un
autre et encore faut-il alléger les services d’investigation de la lourdeur procédurale sous laquelle
ils croulent.
Le retour à une police du quotidien, présente de façon constante et effective, chargée de
travailler en proximité avec les citoyens, lesquels seraient invités à coproduire avec elle leur
tranquillité de tous les jours, permettrait une imprégnation des effectifs de police dans les zones
où les lois de la République ne semblent plus être appliquées pour protéger les honnêtes gens et
inquiéter ceux qui les bafouent.
Prévention, dissuasion et répression ne doivent plus être dissociées, les dogmes doivent s’effacer
dans un seul but d’améliorer les conditions de travail des forces de sécurité et la qualité de vie de
nos concitoyens.
Pour Interco CFDT, la sécurité de demain ne peut se cantonner à une seule réponse policière. Une
approche plus profonde et sociétale doit être privilégiée.
Les services de l’éducation nationale, de la justice, les travailleurs sociaux, de la petite enfance, les
forces de sécurité, le tissu associatif doivent être mis en articulation de façon effective et
synergique afin de réinstaurer, chacun à leur niveau, les valeurs de la République, garantes du
respect pour autrui et du vivre-ensemble.

Les problématiques de sécurité, par les enjeux électoralistes tant nationaux que locaux qu’elles
représentent, ont trop souvent été traitées au coup par coup au cours de ces dernières décennies.
Les personnalités politiques quelles qu’elles soient doivent, au nom de l’intérêt général, prendre
des décisions et mettre en place les mesures nécessaires, organisationnelles et sociétales pour
endiguer durablement une délinquance qui n’hésite plus à tenter d’éliminer les représentants des
forces de sécurité.
La fédération Interco souhaite un prompt rétablissement aux policiers blessés et espère que les
auteurs de cette sauvagerie seront rapidement identifiés, interpellés et présentés à la justice.


Serge HAURE et Julien MORCRETTE
Chargés de mission Forces de Sécurité de Publique et Civile
Fédération nationale Interco CFDT


 


Communiqué de presse - par C.F.D.T. CUS

COMMUNIQUE DE PRESSE

Début du communiqué

Quelques jours après la tentative d’assassinat perpétrée le 08 octobre dernier dans un quartier de
Viry-Châtillon (91) à l’encontre de quatre policiers qui procédaient simplement à la sécurisation
d’une caméra de surveillance, la fédération Interco CFDT tient à assurer ces derniers de son
soutien plein et entier sans oublier leur famille, amis et collègues. Nos pensées vont en particulier
à cette policière, mère de famille, brûlée sur 15% du corps mais aussi et surtout à l’adjoint de
sécurité de 28 ans qui intervenait à ses côtés et qui lutte aujourd’hui pour rester en vie.
Ces actes criminels marquent une nouvelle gradation dans les violences faites à l’encontre des
forces de sécurité de notre pays. Cette tentative d’homicide, réalisée de façon concertée,
planifiée, relève d’individus hostiles à l’ordre républicain et dont le seul but est de contrôler un
territoire, d’y faire régner « leur loi » et l’omerta pour mieux y faire prospérer leurs trafics. Il ne
s’agit ni plus ni moins d’un crime contre la force publique.
Interco CFDT est solidaire des forces de sécurité publique et civile qui exercent quotidiennement
leurs missions en exposant leur vie. Elle l’est tout autant des habitants de cette citée de la Grande
Borne, victimes des agissements mafieux d'une poignée de délinquants. Le démantèlement de ces
réseaux criminels est bien entendu un préalable indispensable au rétablissement des règles de la
puissance publique (Etat et Collectivités locales). Mais à un qui disparaît succède rapidement un
autre et encore faut-il alléger les services d’investigation de la lourdeur procédurale sous laquelle
ils croulent.
Le retour à une police du quotidien, présente de façon constante et effective, chargée de
travailler en proximité avec les citoyens, lesquels seraient invités à coproduire avec elle leur
tranquillité de tous les jours, permettrait une imprégnation des effectifs de police dans les zones
où les lois de la République ne semblent plus être appliquées pour protéger les honnêtes gens et
inquiéter ceux qui les bafouent.
Prévention, dissuasion et répression ne doivent plus être dissociées, les dogmes doivent s’effacer
dans un seul but d’améliorer les conditions de travail des forces de sécurité et la qualité de vie de
nos concitoyens.
Pour Interco CFDT, la sécurité de demain ne peut se cantonner à une seule réponse policière. Une
approche plus profonde et sociétale doit être privilégiée.
Les services de l’éducation nationale, de la justice, les travailleurs sociaux, de la petite enfance, les
forces de sécurité, le tissu associatif doivent être mis en articulation de façon effective et
synergique afin de réinstaurer, chacun à leur niveau, les valeurs de la République, garantes du
respect pour autrui et du vivre-ensemble.

Les problématiques de sécurité, par les enjeux électoralistes tant nationaux que locaux qu’elles
représentent, ont trop souvent été traitées au coup par coup au cours de ces dernières décennies.
Les personnalités politiques quelles qu’elles soient doivent, au nom de l’intérêt général, prendre
des décisions et mettre en place les mesures nécessaires, organisationnelles et sociétales pour
endiguer durablement une délinquance qui n’hésite plus à tenter d’éliminer les représentants des
forces de sécurité.
La fédération Interco souhaite un prompt rétablissement aux policiers blessés et espère que les
auteurs de cette sauvagerie seront rapidement identifiés, interpellés et présentés à la justice.


Serge HAURE et Julien MORCRETTE
Chargés de mission Forces de Sécurité de Publique et Civile
Fédération nationale Interco CFDT


 


Grève du 26 janvier 2016 : Mise au point - par C.F.D.T. CUS

Grève du 26 janvier 2016 : Mise au point

Rien à gagner, tout à perdre !

L’appel à la grève du 26 janvier est une opération de diversion orchestrée par des organisations syndicales qui cherchent à faire oublier qu’elles n’ont pas voulu soutenir l’accord « Parcours professionnel, carrières et rémunérations » (PPCR) de revalorisation des carrières dans la Fonction publique.
La CFDT refuse de s’y associer et de lancer les personnels dans une action où ils ont tout à perdre et rien à gagner !

QU’EST-CE QUE L’ACCORD PPCR ?
Un accord soutenu par la CFDT, la FSU, l’Unsa, la CFTC, la CGC et la FA-FP, et validé par le Premier ministre malgré l’opposition de la CGT, de FO et de Solidaires.
Un accord qui conforte le statut de la Fonction publique contre les attaques dont il fait régulièrement l’objet.
Un accord qui apporte deux milliards d’euros de plus pour les rémunérations des fonctionnaires dès sa mise en œuvre et 5 milliards d’ici à 2020.
Un accord qui impose des déroulements de carrières plus équitables, qui assure un droit à la promotion pour tous les agents.
Un accord qui améliore des débuts de carrières pour rendre nos métiers plus attractifs partout sur le territoire.
Un accord qui transforme des primes en point d’indice, pour revaloriser les retraites sans perte de pouvoir d’achat pour les agents.
Un accord qui instaure un rendez-vous salarial annuel, et qui doit permettre d’obtenir le dégel du point d’indice dès février 2016.

QUELQUES EXEMPLES D’ACQUIS DE LA NÉGOCIATION :
• Fusion et reclassement des grilles C1 et C2 qui permettront une revalorisation progressive de 27€ net mensuel au 1er échelon et 122€ net mensuel pour le 12ème échelon en 2020 (hors augmentation du point d’indice en février 2016) ;
• l’amélioration du déroulement de carrière qui assurera à tout agent la possibilité d’accéder à l’équivalent du principalat ;
• La revalorisation des grilles et l’intégration des primes, c’est-à-dire à terme une revalorisation de toutes les pensions.
• 2018  le passage des travailleurs sociaux (Assistants sociaux, EJE, …) en catégorie A ;
Voilà ce que les syndicats CFDT, Unsa, FSU, CFTC et CFE-CGC ont obtenu, entre autre, pour les personnels en prenant leurs responsabilités et en soutenant l’accord. Ceux qui appellent à la grève le 26 janvier 2016 n’offrent aucune autre perspective sérieuse que de faire grève .

ALORS, POURQUOI CET APPEL À LA GRÈVE ?
• CGT, FO et Solidaires, non-signataires de l’accord PPCR, appellent à la grève pour des revendications déjà obtenues par les signataires de l’accord ! Pourquoi alors n’ont-ils pas signé ?
• pour le gel du point d’indice ? Si nous n’avions pas signé, il n’y aurait aucune négociation du point d’indice début février 2016 !!!

Faire grève aujourd’hui pour des avancées déjà obtenues et actées dans des accords signés et dont le calendrier est connu, est irresponsable. La CFDT n’appelle pas les agents à la grève. Elle ne veut pas leur faire perdre une journée de salaire, et donc faire un cadeau de plusieurs millions d’euros à l’État ou à nos Collectivités. La CFDT continuera d’agir et de prendre ses responsabilités, au moyen de la négociation quand c’est possible, par l’action quand il le faut, mais toujours dans l’intérêt des personnels.
 


Parcours professionnels - par C.F.D.T. CUS

PROJET D'ACCORD "PPCR" : POUR LA CFDT FONCTION PUBLIQUE C'EST OUI !

Parcours professionnels, carrières et rémunérations : des avancées sont enfin possibles !

Le 24 septembre, les fédérations des fonctionnaires CFDT ont décidé de signer le projet d’accord PPCR qui doit permettre une amélioration des carrières et des rémunérations des fonctionnaires, ces dernières étant gelées depuis 2010.  
S’il ne donne pas satisfaction sur l’ensemble de nos revendications, cet accord comporte des progrès réels et des perspectives par rapport au néant des dernières années

 

Lire le tract    

 


DébutPrécédent [ 1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 ] 10 pages suivantesSuivantFin

^ Haut ^